La légende du safran, en Provence et ailleurs

Parce que la safran fascine toutes les civilisations qui l’ont croisé depuis plus de 6000 ans, il n’est pas étonnant que nombre d’entre-elles lui aient réservé une place de choix dans leurs croyances divines. Ainsi en est-il de la mythologie grecque.

 

Le nom scientifique du safran est Crocus sativus L., le mot Crocus étant lui-même la traduction latine du mot grec Krokos. Ovide, dans Les Métamorphoses, présente Crocus comme un très beau jeune homme éperdument amoureux de l’inaccessible nymphe Smilax : « Et crocum in parvos versum cum smilace flores ». Leurs amours impossibles et malheureuses aboutirent à la métamorphose en fleurs des amants. Le crocus, rivé au sol, fut ainsi condamné à contempler, sans jamais pouvoir s’unir à elle, la sauvage Smilax...

 

[Selon une autre version, vraisemblablement inspirée de la légende d'Hyacinthe, Crocus mourut, blessé accidentellement à la tête par son ami Hermès, dieu des marchands, au cours d'un jeu de lancer du disque. Trois gouttes de sang coulèrent de sa blessure et tombèrent au sol. A cet endroit, une magnifique fleur mauve aux trois stigmates rouges apparut. Depuis ce jour tragique, la fleur de safran, baptisée de son nom, devint le symbole de la vie et de la résurrection.]

 

Smilax aspera n’est autre que la salsepareille commune, cette liane intrépide partout présente dans les garrigues de Provence et du pourtour méditerranéen. Dans cette même Provence, on prétend pourtant de longue date, toujours à mots couverts, comme pour préserver un secret, que Smilax ne serait plus insensible au charme de Crocus depuis ce jour où il fut changé en fleur.

 

On murmure même que chaque nuit de novembre, les safranières de Provence seraient le théâtre de rencontres que certains qualifient de tendrement amoureuses, d’autres de carrément sulfureuses, la rampante Smilax se retirant dès l’aube naissante dans les sous-bois de chênes verts. De leurs jeux amoureux, naîtraient chaque matin les précieux stigmates blottis au creux des fragiles fleurs mauves.

 

Ainsi né d’un amour impossible, l’or rouge n’aurait en rien usurpé sa réputation d’épice… aphrodisiaque !

Boutique du producteur

Contact

MANJOLIVE - Sébastien DALONIS

Chemin du Pujol

(route de La Roque-sur-Cèze)

Donnat / 30200 Sabran

Gard / Languedoc / Provence

Tél : 04.66.89.00.89

Envoyer un message